INNOVATION FIRST !

La proposition faite dans le billet précédent de créer une nouvelle source d’innovation intitulée MARKET PUSH a un corollaire aussi important qu’inattendu dans les termes utilisés dans le champ de l’innovation technologique. En effet il était de coutume d’utiliser l’acronyme R&D pour désigner la recherche et développement (d’ailleurs hâtivement associés l’une à l’autre). Puis en 2006, Hatchuel, Le Masson et Weil, en réfléchissant à « l’innovation intensive » (c’est-à-dire, l’innovation systématique, répétée, orientée et non plus aléatoire et épisodique) et à la relation de cette innovation intensive à la R&D ont émis l’hypothèse que les fonctions R&D et Innovation puissent être réunies sous l’acronyme RID. Ce dernier qui signifie Recherche Innovation Développement s’inscrit dans une « mutation gestionnaire des entreprises ». Pour les auteurs, ce « I » qui s’intercale entre le R et le D, n’est pas seulement exploratoire mais « active, dans tous les métiers de l’entreprise, un métabolisme orienté vers l’innovation ». En outre, on soulignera que le simple fait de faire figurer le terme « innovation » dans l’acronyme contribue à distinguer formellement celle-ci de la recherche ou du développement auxquels elle trop souvent assimilée (voir l’article « Risquée l’innovation » publié en Janvier 2012 sur ce blog). Soit, nous sommes bien d’accord sur l’introduction de ce terme supplémentaire, mais quand on lit le billet précédent sur le MARKET PUSH, on comprend que l’exploration joue un rôle essentiel qui consiste à identifier une innovation (gisement de valeur) qui peut, en soi, conduire au démarrage d’un programme de Recherche ou de Développement. En ce sens, ce commentaire induit une petite révolution dans la manière de considérer l’ordre d’apparition des termes entre eux dans l’acronyme RID car, dans le cas précis c’est l’innovation qui est à l’origine de la R&D, pas le contraire. Pour simplifier, avant 2006 on admettait plus ou moins une filiation de la Recherche vers le Développement. Hatchuel, Le Masson et Weil ont introduit un élément supplémentaire en parlant de RID. Mais à y bien regarder, si l’innovation est susceptible d’induire les programmes de R&D, ce n’est plus de R&D ou de RID qu’il faut parler mais plus logiquement de IRD pour traduire le fait que l’innovation peut précéder la Recherche et le Développement. L’exploration des marchés peut en effet, fort bien déclencher un programme de R&D d’où pourra d’ailleurs sortir  quelque chose d’imprévisible.

 En conséquence en ce début d’année 2014, le mastère Management de la Technologie et de l’innovation d’EMLYON peut crier plus que jamais « INNOVATION FIRST ! »

This entry was posted in Non classé. Bookmark the permalink.

1 Response to INNOVATION FIRST !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *